Gourmand`Iz


« | Accueil

Poker face…

J’te vois venir, toi. Tu crois que je suis en train de me laisser embobiner, mais en fait je suis en train de chercher une façon de t’embobiner pire encore. Tu t’es trahi tout seul… Quand je t’ai rejoint devant la station de métro, tu m’as demandé la permission de me faire la bise. Quand on est arrivés au café, tu as tenu ma chaise pour que je m’y installe. Quand l’addition est arrivée, tu as mis ta main sur la mienne pour m’empêcher de sortir mon portefeuille. Parfait gentleman.

Le problème, c’est que parfait gentleman, en l’an 2011 de cette ère, ça n’existe pas. Ce n’est que le déguisement du mec qui veut coucher mais a choisi pour tactique de faire croire que non. Que le sexe pour le sexe c’est défait, surfait, trop souvent fait, trop mal fait.

« Moi, je n’ai pas envie de te baiser. Moi, je rêve de te faire l’amour… » est, à mon avis, l’une des phrases que tu aimes t’entendre dire à ta conquête du moment. L’assaut final, la cerise sur le gâteau, la punchline dont tu te sers en guise de préliminaire. Si elle n’avait pas envie d’aller dans ton lit avant, une fois que tu as dit ces mots, elle ne pense plus qu’à ça. C’est ton plus bel argument, surtout quand tu l’assortis avec brio de ton petit regard en coin et de ton sourire timide. Tu es même capable de faire rougir tes joues à la demande. Et la combinaison mec qui rougit + phrase choc c’est la victoire assurée à 100%. Tu le sais, tu l’as déjà testée 100 fois avant. Toujours avec succès.

Après l’acte d’amour, pendant lequel tu te seras montré attentionné, un peu plus à ton plaisir qu’au sien mais quand même un peu – ça t’aide à te faire croire que tu es un bon amant – tu lui caresseras les cheveux et lui diras à quel point elle a été merveilleuse. Si elle y a vraiment mis du sien, tu t’émerveilleras de sa sensualité, de sa façon de bouger, de son côté coquin sans jamais être vulgaire. Si elle s’est laissée faire, tu choisiras de mettre en avant sa vulnérabilité, sa douceur, sa timidité si craquante…

Elle se sentira belle, elle se sentira telle la future reine de ce royaume dont tu t’apprêtes à lui ouvrir les portes. Elle a, à ce moment-là, la conviction inébranlable qu’il s’est passé quelque chose de fort entre vous, quelque chose d’important à tes yeux. Après tout, elle a réussi, ELLE, à te faire l’amour dès votre premier rendez-vous… à peine quelques heures après que tu lui aies timidement avoué que tu ne couchais « jamais le premier soir, au risque de faire un peu cliché »… Elle s’endort dans tes bras, tu lui embrasses le front, pensif. Quelle issue de secours choisiras-tu cette fois ? Tu as toujours eu une préférence pour le « tu es trop bien pour moi, je ne me sens pas à la hauteur… » mais tu sens bien que celle-ci ne te laissera pas filer aussi facilement. Certaines sont plus difficiles à fuir que d’autres… Mais là aussi, tu as ton arme fatale, celle qui a fait ses preuves en toutes circonstances… Tu l’appelleras en plein milieu de la journée, t’excusant de la déranger au travail, et lui demanderas de t’accorder quelques minutes parce que tu es bouleversé et que ça ne peut pas attendre… Tu feras trembler ta voix en lui expliquant que la nuit que vous avez passée ensemble t’a retourné plus que tout ce que tu avais vécu avant ça, que tu ne penses qu’à elle et que tu ne sais plus ni l’heure qu’il est, ni qui tu es… Que tu as besoin de temps pour faire tomber cette incroyable pression, pour ne pas que ça te consume, que ça VOUS consume trop vite… Que tu vas y réfléchir pendant quelques jours et que oui, bien sûr, dès que ça va mieux, tu la rappelles… « Ca ne devrait pas prendre plus de quelques jours, tu me manques déjà terriblement…! » sera la toute dernière phrase qu’elle t’entendra prononcer avant que tu ne t’évanouisses dans la nature. Affaire classée… NEXT.

Tu arrives aujourd’hui, prêt à dérouler ta stratégie devant une nouvelle proie, qui se trouve être moi. A nous deux, alors… De galanteries en compliments, de flatteries en confidences, je te vois sortir l’artillerie lourde de la séduction discrète mais efficace. Mais ce que tu ne prends visiblement pas en compte dans ton raisonnement que tu crois sans faille, c’est qu’il y a une faille. La jeune ingénue qui est en face de toi, celle qui se mordille les lèvres de t’avoir livré quelques secrets intimes, qui baisse les yeux en te racontant ses petits tocs que tu commences à trouver délicieusement attachants, qui jure par tous les Dieux ne pas avoir la moindre confiance en son potentiel de séduction, qui manque à plusieurs reprises de s’excuser d’exister tant elle se sent insignifiante comparée à ces femmes tellement plus belles, tellement plus glamour… Cette jeune femme là, que tu sens déjà prête à fondre pour tes beaux yeux et qui t’ennuie presque tant la bataille te semble facile à gagner, est en train de faire exactement la même chose que toi. Elle bluffe. Elle suit ta mise, se mordille les lèvres à nouveau, pleine d’apparente incertitude, puis relance de 100.

A ce jeu là, il n’y a qu’un seul gagnant possible. Et je n’aime pas perdre.

Affaire à suivre…


  1. Eric écrit:

    ah bah mon commentaire est où ?????????????????????????????????????

    Citer | Posté 5 mai, 2011, 7:33
  2. Eric écrit:

    ah mais non c t sur FB lol autant pour moi ;-)

    Citer | Posté 5 mai, 2011, 7:33
  3. john écrit:

    j’adore la pomme rouge rouage sur le coté et l’idée de cette bouche gourmande est tout simplement géniale.

    Citer | Posté 21 juillet, 2013, 11:53

Laisser un commentaire

Anywhere out of the World |
Journal d'une vie |
la vie de Théo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cosmopolitaine
| La route vers l'enseignement
| AVOIR OU NE PAS AVOIR LA PO...