Gourmand`Iz


  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 9 juillet 2009

Battle Franco-Anglaise

En Avril dernier, 13500 Anglais se sont rassemblés au Trafalgar Square et ont entonné le mythique « Hey Jude » des Beatles. En réponse à ce rassemblement gigantesque, un événement du même genre a été organisé sur le Champ de Mars le 5 juillet 2009. Le but était bien sûr de réunir plus de monde qu’en Angleterre !

photo1662.jpg
L’info ayant été largement relayée sur Facebook, et en parfaite Facebookienne que je suis, j’ai eu envie de m’associer au trip & ai embarqué Steven dans mon sillon.

photo1661.jpg

Nous sommes arrivés au lieu de rendez vous avec deux bonnes heures d’avance. Parlotte, photos, café, le temps a coulé comme de l’eau… comme chaque fois que nous sommes ensemble.

 

A l’heure fatidique, alors que nous suivions l’évolution du mouvement en écoutant la radio, nous avons regardé autour de nous et là, surprise ! Sans qu’on s’en aperçoive, le Champ de Mars a été envahi par des milliers de personnes venues des 4 coins de l’Ile-de-France pour participer à cette manifestation unique en son genre à l’intérieur de nos frontières.

photo1655.jpg

Le verdict tombe rapidement : nous sommes 20 000 ! Expulsé, le record des Anglais ! Nous sommes donc en train de participer au plus grand karaoké international jamais organisé… Nous chantons trois chansons bien de chez nous (« On ira tous au paradis » de Polnareff, « Aux Champs-Elysées » de Dassin et « Emmenez-moi » d’Aznavour) puis entonnons bon an mal an un « Heal the World » de circonstances…

photo1636.jpg

photo1637.jpg

Chouette moment, hors du temps. 20 000 voix qui chantent à l’unisson, juste pour le plaisir de participer à un truc assez insolite…

& surtout, chouette moment de complicité avec Steven, lui + moi au milieu de cette foule, soudés & fiers de notre amitié. Bref, à refaire.

photo1628.jpg


Doutes…

Les paysages défilent à vive allure alors que le TGV l’emmène auprès de son amant. Même si elle avait le temps d’apprécier les panoramas qui s’offrent à elle, elle ne le ferait pas, bien trop occupée à s’écouter penser… elle passe mentalement en revue tous les points de la check-list qu’elle a établi scrupuleusement avant son départ. Tenues sexy, parfum haut de gamme, talons aiguilles flatteurs… Elle porte des bijoux qu’il lui a offerts entre deux baisers et son visage, vierge de tout maquillage… comme il préfère… est parfaitement encadré par sa chevelure ondulée laissée libre de tout lien… comme il préfère… Féminine jusqu’au bout de ses ongles manucurés, elle arbore une expression mystérieuse subtilement trahie par des sourcils un peu trop froncés et un sourire un peu trop crispé…

Cela fait deux mois qu’elle ne l’a pas vu… Et si elle ne lui plaisait plus ? Et s’il n’avait plus envie d’elle ? Et pire que tout… et si elle arrivait à déceler sur sa peau le passage d’une autre avant elle ?

Les relations à distance ont souvent pour particularité d’exiger une confiance aveugle en l’autre et en ses agissements… Elle se demandait souvent comment elle avait pu en arriver à choisir ce genre d’histoires… Elle, pour qui la jalousie était une jumelle et la paranoïa un art de vivre… Elle, incapable, pas une seule fois dans tout son parcours amoureux, d’être fidèle à un homme, savait qu’elle ne pouvait exiger une exclusivité qu’elle-même n’avait jamais accordée à personne…

Mais là, dans ce wagon plein de bruits qu’elle n’entendait pas, alors que la peau de ses mains était blanchie par les innombrables étirements que le stress faisait faire à ses doigts, elle priait pour sentir sur lui le manque, la faim, le désir qu’il avait d’elle… Elle espérait entendre dans ses mots et ses soupirs tous les silences qu’il imposait aux autres… Elle rêvait de deviner dans chacun de ses gestes et de ses baisers la promesse inavouée qu’il n’accorderait ses faveurs qu’à elle et elle seule… toujours… !

Là, à mi-chemin entre sa vie et son bonheur, fuyant la première pour s’évader dans  le deuxième, elle se surprenait à avoir peur de n’être pour lui qu’un fantasme sans consistance, qu’un rêve sans réalité, qu’une « aventure sans lendemain » comme disent les autres… Elle craignait qu’à tout moment il n’ouvre les yeux et voie comme tout en eux était fragile et illusoire…

Mais déjà, un quai se profile et il est là, à l’attendre comme toujours en tirant nerveusement sur une cigarette allumée pour tromper l’ennui. L’heure n’est plus aux doutes, ni aux craintes, ni aux espoirs souvent déçus… Elle le voit et sourit. Elle essuie d’un geste habile les larmes qu’elle n’avait pas senti couler, et sourit encore. Il est là, et Dieu comme elle l’aime… Elle devine à son air perdu d’enfant impatient qu’il n’attend qu’elle, que cela fait des heures, des jours, des mois, une vie, qu’il est là à l’attendre… Elle sait, alors qu’il la cherche désespérément du regard, qu’il a autant peur qu’elle… et qu’il l’aime bien plus que pour seulement quelques heures… Elle a en elle, au moment où leurs yeux se croisent enfin, l’impression magique et intense d’être arrivée là où elle peut poser ses bagages et enfin respirer, vivre.

Elle n’a plus qu’un désir, qu’un but, alors qu’elle s’approche de ses bras qui lui ont tant manqué : être sienne, pour toujours. Se donner à lui, entièrement. Le reste n’existe plus.

A lire ensuite : Depuis lui


Gourmand`Iz a son existence FaceBookienne propre !

Gourmand Iz | Créez votre badge
Gourmand Iz


Anywhere out of the World |
Journal d'une vie |
la vie de Théo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cosmopolitaine
| La route vers l'enseignement
| AVOIR OU NE PAS AVOIR LA PO...