Gourmand`Iz


Bienvenue…

2244387539799771.gif

Image d’accueil réalisée par ma petite soeur Claire exprès pour les Gourmand`Iz. Merci à elle !

Bienvenue sur mon blog & merci à vous de passer par là !

Petit mode d’emploi pour les non-initiés :

* Sur cette page les articles sont classés du plus récent au plus ancien, exception faite de cet article qui reste statique car il est là pour vous accueillir !

* Sur le menu de gauche, vous pouvez accéder, au choix :

*** Aux derniers articles publiés, en cliquant directement sur leurs titres ;

*** Aux derniers commentaires ajoutés, dans la rubrique « On en parle… » ;

*** Aux catégories des billets, où ceux-ci sont classés selon leur thème.

* Enfin, tout là haut, un formulaire de contact vous permet de me laisser des messages qui arriveront directement dans ma boîte mail !

Par ailleurs, vous reviendrez automatiquement à la page d’accueil du blog (avec les 25 derniers articles publiés) en cliquant sur « Gourmand`Iz »… Voilà un moyen de ne jamais vous perdre !

N’hésitez pas à tout parcourir & à me faire savoir ce que vous pensez !

Je tiens compte de chaque avis et suis demandeuse de tous les conseils que vous pourriez donner !

Bonne visite, & merci encore !


Poker face…

J’te vois venir, toi. Tu crois que je suis en train de me laisser embobiner, mais en fait je suis en train de chercher une façon de t’embobiner pire encore. Tu t’es trahi tout seul… Quand je t’ai rejoint devant la station de métro, tu m’as demandé la permission de me faire la bise. Quand on est arrivés au café, tu as tenu ma chaise pour que je m’y installe. Quand l’addition est arrivée, tu as mis ta main sur la mienne pour m’empêcher de sortir mon portefeuille. Parfait gentleman.

Le problème, c’est que parfait gentleman, en l’an 2011 de cette ère, ça n’existe pas. Ce n’est que le déguisement du mec qui veut coucher mais a choisi pour tactique de faire croire que non. Que le sexe pour le sexe c’est défait, surfait, trop souvent fait, trop mal fait.

« Moi, je n’ai pas envie de te baiser. Moi, je rêve de te faire l’amour… » est, à mon avis, l’une des phrases que tu aimes t’entendre dire à ta conquête du moment. L’assaut final, la cerise sur le gâteau, la punchline dont tu te sers en guise de préliminaire. Si elle n’avait pas envie d’aller dans ton lit avant, une fois que tu as dit ces mots, elle ne pense plus qu’à ça. C’est ton plus bel argument, surtout quand tu l’assortis avec brio de ton petit regard en coin et de ton sourire timide. Tu es même capable de faire rougir tes joues à la demande. Et la combinaison mec qui rougit + phrase choc c’est la victoire assurée à 100%. Tu le sais, tu l’as déjà testée 100 fois avant. Toujours avec succès.

Après l’acte d’amour, pendant lequel tu te seras montré attentionné, un peu plus à ton plaisir qu’au sien mais quand même un peu – ça t’aide à te faire croire que tu es un bon amant – tu lui caresseras les cheveux et lui diras à quel point elle a été merveilleuse. Si elle y a vraiment mis du sien, tu t’émerveilleras de sa sensualité, de sa façon de bouger, de son côté coquin sans jamais être vulgaire. Si elle s’est laissée faire, tu choisiras de mettre en avant sa vulnérabilité, sa douceur, sa timidité si craquante…

Elle se sentira belle, elle se sentira telle la future reine de ce royaume dont tu t’apprêtes à lui ouvrir les portes. Elle a, à ce moment-là, la conviction inébranlable qu’il s’est passé quelque chose de fort entre vous, quelque chose d’important à tes yeux. Après tout, elle a réussi, ELLE, à te faire l’amour dès votre premier rendez-vous… à peine quelques heures après que tu lui aies timidement avoué que tu ne couchais « jamais le premier soir, au risque de faire un peu cliché »… Elle s’endort dans tes bras, tu lui embrasses le front, pensif. Quelle issue de secours choisiras-tu cette fois ? Tu as toujours eu une préférence pour le « tu es trop bien pour moi, je ne me sens pas à la hauteur… » mais tu sens bien que celle-ci ne te laissera pas filer aussi facilement. Certaines sont plus difficiles à fuir que d’autres… Mais là aussi, tu as ton arme fatale, celle qui a fait ses preuves en toutes circonstances… Tu l’appelleras en plein milieu de la journée, t’excusant de la déranger au travail, et lui demanderas de t’accorder quelques minutes parce que tu es bouleversé et que ça ne peut pas attendre… Tu feras trembler ta voix en lui expliquant que la nuit que vous avez passée ensemble t’a retourné plus que tout ce que tu avais vécu avant ça, que tu ne penses qu’à elle et que tu ne sais plus ni l’heure qu’il est, ni qui tu es… Que tu as besoin de temps pour faire tomber cette incroyable pression, pour ne pas que ça te consume, que ça VOUS consume trop vite… Que tu vas y réfléchir pendant quelques jours et que oui, bien sûr, dès que ça va mieux, tu la rappelles… « Ca ne devrait pas prendre plus de quelques jours, tu me manques déjà terriblement…! » sera la toute dernière phrase qu’elle t’entendra prononcer avant que tu ne t’évanouisses dans la nature. Affaire classée… NEXT.

Tu arrives aujourd’hui, prêt à dérouler ta stratégie devant une nouvelle proie, qui se trouve être moi. A nous deux, alors… De galanteries en compliments, de flatteries en confidences, je te vois sortir l’artillerie lourde de la séduction discrète mais efficace. Mais ce que tu ne prends visiblement pas en compte dans ton raisonnement que tu crois sans faille, c’est qu’il y a une faille. La jeune ingénue qui est en face de toi, celle qui se mordille les lèvres de t’avoir livré quelques secrets intimes, qui baisse les yeux en te racontant ses petits tocs que tu commences à trouver délicieusement attachants, qui jure par tous les Dieux ne pas avoir la moindre confiance en son potentiel de séduction, qui manque à plusieurs reprises de s’excuser d’exister tant elle se sent insignifiante comparée à ces femmes tellement plus belles, tellement plus glamour… Cette jeune femme là, que tu sens déjà prête à fondre pour tes beaux yeux et qui t’ennuie presque tant la bataille te semble facile à gagner, est en train de faire exactement la même chose que toi. Elle bluffe. Elle suit ta mise, se mordille les lèvres à nouveau, pleine d’apparente incertitude, puis relance de 100.

A ce jeu là, il n’y a qu’un seul gagnant possible. Et je n’aime pas perdre.

Affaire à suivre…


On se dévore !

A lire avant : On se trouve… 

Elle aurait envie de lui dire qu’elle n’est pas ce genre de femme, qu’elle ne se reconnaît pas, qu’elle n’a jamais agi de la sorte avant. Mais surtout, ne pas faire de bruit. De l’autre côté du mur, il y a peut-être un collègue, un ami, un boss même, susceptible de les entendre. 

Elle l’a suivi sans un mot jusqu’aux toilettes les plus proches de la salle de réunion. Sans aucune hésitation. Elle ne sait rien de lui, à part son nom et la fonction qu’il occupe depuis peu dans l’entreprise où elle a creusé son trou depuis déjà 5 ans. Elle ne connaît de lui que ses yeux gris qui l’enveloppent d’un regard chaud, brûlant même. Et pourtant, elle l’a suivi. Ils sont entrés dans les toilettes les plus spacieuses, il a verrouillé la porte et s’est retourné vers elle. L’a déshabillée du regard. A souri, pour la première fois. 

C’est elle qui s’est approchée de lui. Sans vraiment comprendre ce qui la poussait à agir de façon aussi imprévisible. Elle n’a eu qu’à relever la tête de quelques centimètres pour que leurs bouches se touchent. 

Doucement d’abord. Leurs lèvres se frôlent à peine, légèrement, comme une caresse. Un premier contact timide, presque juvénile et empli de pudeur. 

Elle ouvre les yeux, tente de reculer d’un pas, soudain pleine de retenue. Mais il pose sa main au creux de son dos et la ramène contre lui d’un geste sûr et rapide. 

Puis le deuxième baiser. Brutal, passionné. Il cherche ses lèvres, les entrouvre du bout de la langue. Les embrasse, les mordille. Elle est blottie contre lui, abandonnée, sans force. Elle tente en vain de se redresser, de reprendre le contrôle, mais ses jambes se dérobent sous le coup de l’émotion violente. 

Nouvelle vague de désir. Des frissons, une exquise douleur dans le bas de son ventre, le rouge qui monte à ses joues. 

Etrange mélange de sensations que celui de fondre et de s’enflammer en même temps. Elle est consumée par un désir qui la dépasse complètement. Ses bras s’enroulent autour de sa nuque, son corps tout entier se serre plus fort contre lui et sa bouche avide part à la découverte de son visage… 

Il ne reste rien de ce qui aurait pu l’arrêter. Ni la peur qu’on les surprenne, ni celle qu’il la prenne pour le genre de femmes qu’elle n’est pas. Qu’elle n’avait jamais été avant lui. Il n’y a plus de retenue, plus de pudeur, plus d’envie de lutter. Il n’y a plus de crainte de mal faire, d’en faire trop, de ne pas en faire assez. 

Il ne reste rien de ce qui aurait pu l’arrêter. Il n’y a qu’une énergie qui ne demande qu’à être libérée. Un instinct bestial, primaire. Une pulsion animale. Qui se manifeste à l’intérieur de ses mains qui ont fait tomber sa veste, à l’intérieur de ses doigts qui partent à l’assaut des boutons de sa chemise, à l’intérieur de ses yeux, allumés par la flamme d’un désir si ardent qu’il semble jaillir hors d’elle… 

Tout comme jaillissent les premiers mots qu’il entendra d’elle… Un « j’ai envie de toi » murmuré à son oreille. A peine audible, mais impératif. Ce n’est pas une déclaration, c’est bien plus que ça, c’est presqu’un ordre. 

Qu’il exécute. 


On se trouve…

Deux réunions ont suffi. 

Lors de la première, ils ont été officiellement présentés, brièvement, de façon concise. Leurs regards se sont croisés plusieurs fois, d’abord par hasard, au gré des interventions de chacun, puis de façon volontaire, et appuyée. Elle n’avait même pas rougi, il n’avait même pas souri. Mais ils s’étaient compris.

Elle ne savait pas s’il serait présent à la réunion suivante. Elle n’en était pas sûre, mais elle s’était surprise à l’espérer. Avec tout ce que ça implique lors de ses préparatifs : jupe un peu plus courte, ongles un peu plus rouges, maquillage un peu plus prononcé. Rien de vraiment perceptible pour le commun des mortels, mais elle se plaisait à penser que lui, lui parmi tous, le remarquerait. Qu’il l’interpréterait comme le « oui » muet envoyé en réponse à une invitation tout aussi silencieuse. 

Il était arrivé avec quelques minutes de retard, s’excusant d’un geste de la main adressé à l’expert-comptable qui avait commencé la présentation de son rapport et avançant silencieusement vers le seul siège encore disponible. Plusieurs émotions se succèdent en elle. D’abord, le soulagement : il est là. Puis le doute : et si elle avait fantasmé ce qu’elle avait cru deviner lors de leur première rencontre ? Puis elle retient son souffle, il est en train de scruter discrètement l’assemblée, cherche quelqu’un du regard. Croise le sien. S’arrête de chercher, leurs yeux s’accrochent, elle respire. Puis, un torrent de lave qui l’envahit, se déverse dans ses veines. Sensation exquise : le désir. 

Cette fois, il sourit. Cette fois, elle rougit.

Les deux heures qui suivent lui semblent durer une éternité. Elle entend la trotteuse de sa montre frapper chacune des secondes qui s’égrènent. Les chiffres projetés sur le mur dansent devant ses yeux et les voix des différents intervenants lui semblent bizarrement métalliques. 

Midi. Enfin.

Le Directeur Général annonce une suspension de séance pour le déjeuner et invite tous les participants à se diriger vers le restaurant où ils sont tous attendus.

Elle prend son temps pour réunir ses dossiers et la salle est presque vide au moment où il s’arrête à sa hauteur.

Deux mots ont suffi : « suis-moi ». Et elle le suit…

A lire ensuite : On se dévore !


Zaz est née !

…pas la chanteuse insupportable, non…

Zaz, nouvelle Isa, née à Chamonix au début du mois de mars.

Celle qui aime sortir & s’amuser, faire la fête, danser…

Celle qui veut prendre le contrôle plus souvent mais est limitée par des contraintes matérielles et morales, et heureusement qu’elles existent !


Souvenir de Cham !

Image de prévisualisation YouTube


Need you now – Lady Antebellum

Image de prévisualisation YouTube

« I’m a little drunk and I need you know »

 Shivers…


Nouvel espace !

Un blog, trop simple à gérer !

Alors boum, Iz` en crée un deuxième… ;-)

C’est ici que ça se passe !


En vrac…

Envie du dimanche soir. C’est souvent LE moment où elle me vient, l’envie. Certainement parce que c’est encore un de ces moments propices à la mélancolie : fin du week-end, nouvelle semaine de boulot qui arrive…

En vrac : une semaine de vacances entre filles à la montagne, avec de très beaux moments, de surprenantes rencontres, une amitié qui se renforce… Un retour difficile à Paris, parce qu’il signifiait renouer avec un quotidien obscurci par des difficultés financières dont je me serais volontiers passée… Des promesses d’une vie plus saine, plus sage, plus dans le respect de ceux qui tiennent à moi… Des gens qu’il faut arrêter de décevoir… Des choix à faire, des décisions à prendre pour changer, grandir, devenir quelqu’un de respectable… 

Voir à la télé que le monde va mal, entre guerres & catastrophes naturelles, mais continuer à se concentrer sur sa réalité personnelle, ses propres difficultés… Ne penser qu’à ceux qui m’entourent, ceux qui le font bien, ceux qui le font si mal…

Vaciller entre l’envie d’une vie meilleure & la conviction que ça n’arrivera pas. Question de karma.


I don’t know – Noa

Image de prévisualisation YouTube
 
« I am strong I can fight »
(…)
« Make my way on my own »
(…)
  « Tell me it’ll never fade
And I’ll go forth, unafraid »


Des hommes pareils – Francis Cabrel

Image de prévisualisation YouTube

 

Pfiouuuuuuuuuuuuuu !
 
« Tous tendus vers l’espoir de vivre
Qu’est-ce qu’on vous apprend dans les livres
S’il y manque l’essentiel ? »
 
Juste wow.


12345...43

Anywhere out of the World |
Journal d'une vie |
la vie de Théo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cosmopolitaine
| La route vers l'enseignement
| AVOIR OU NE PAS AVOIR LA PO...